Chers membres et ami(e)s de la FICDC,

Partout dans le monde, la vie quotidienne des gens a changé de manière spectaculaire au cours des dernières semaines et des derniers jours, tout comme le paysage coloré de la diversité des expressions culturelles que nous avons connue jusqu’à récemment. Dans de nombreux pays, non seulement la liberté de circulation est restreinte, mais tous les lieux culturels sont fermés, la production cinématographique est au point mort, les concerts et les pièces de théâtre ne peuvent être appréciés que sur Internet, voire pas du tout. Et partout, les artistes, créateurs et professionnels de la culture ont été parmi les premiers à souffrir de la détresse économique parce que nous ne sommes plus autorisés à créer et à jouer comme nous le faisions auparavant. Cela exerce une pression énorme non seulement sur les organisations professionnelles dans le domaine culturel, mais aussi sur les zillions d’associations culturelles qui, dans de nombreux pays, sont à la base de la vie culturelle des gens.

Notre devoir en tant que protecteurs et promoteurs de la diversité des expressions culturelles sera de faire tout ce qui est possible et de faire pression sur les gouvernements pour que notre précieuse diversité culturelle puisse être préservée jusqu’à la période d’après-crise. Nous savons tous combien il est facile de fermer un orchestre, une compagnie de théâtre ou de danse, une société de production de films, etc., mais combien il faut de temps et de travail pour les (re)construire. Dans certains pays, les gouvernements ont annoncé d’énormes paquets de mesures pour sauver l’économie, mais ils n’incluent pas toujours, ou insuffisamment, les besoins des industries créatives, et encore moins ceux des artistes et interprètes – souvent indépendants. Les organisations professionnelles peuvent apporter leur aide, à la fois directement et en faisant pression pour obtenir une aide publique et/ou privée (fonds).

Le secrétariat de la FICDC reste fonctionnel, Nathalie Guay et Céline de Dianous travaillant toutes deux à domicile. Le grand projet de cette année devait prendre la forme d’une série de rassemblements en Amérique latine. Il est évident que nous devrons y réfléchir et faire preuve de créativité sur ce que nous pouvons faire dans le contexte actuel pour développer notre action et notre réseau dans cette région.

Je vous invite à nous envoyer des informations sur la situation dans vos pays respectifs et sur le soutien que vos gouvernements apportent, ou non, au secteur culturel, sur les actions que vous ou d’autres organisations de la société civile avez menées, sur les propositions, etc. Nos amis de CGLU ont créé une page de ressources très intéressante. Nous sommes en communication avec eux et d’autres associations internationales pour partager notre situation actuelle et éventuellement nous engager dans des initiatives communes. Nous vous tiendrons informés de tout développement à cet égard.

À une époque où les fermetures de frontières et les restrictions à l’immigration sont omniprésentes, nous sommes appelés à la solidarité non seulement avec tous les artistes de nos propres pays mais aussi avec ceux du reste du monde, et nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rétablir et améliorer la libre circulation des artistes et des biens et services culturels, ainsi que la libre circulation des expressions et des idées, lorsque la crise actuelle sera terminée. C’est pourquoi il faut maintenir une vigilance sur les pouvoirs d’urgence ou les technologies de surveillance qui sont mis en œuvre dans de nombreux pays.

Le virus sera vaincu, mais pour remédier à ses vastes implications, nous serons tous nécessaires. La diversité des expressions culturelles est essentiellement en nous, dans nos cerveaux, nos corps et nos âmes, et c’est là que nous devons la soigner et la cultiver, même si nous ne pouvons pas l’exprimer au monde extérieur pendant un certain temps. C’est pourquoi nous devons veiller à rester en bonne santé physique et psychologique pendant les semaines d’enfermement qui peuvent être longues.

Nous vous souhaitons à tous de rester en bonne santé !

Beat Santschi et Nathalie Guay

Message du Président de la FICDC

Article
FICDC
30 mars 2020
COVID-19